Daniel Humair

Daniel Humair a eu son premier contact avec le tambour au sein d’une fanfare genevoise à l’âge de 7 ans. Dès 14 ans, il se passionne pour le Jazz New Orléans et fait partie de plusieurs formations amateurs, puis découvre rapidement le jazz moderne, et devient musicien professionnel après avoir remporté le premier prix dans trois catégories au festival amateur de Zurich en 1955. Il passe ensuite quelques années en Suisse, Belgique, Suéde et Allemagne. Autodictate il acquiert, au sein de formations diverses, le métier indispensable à l’exercice périlleux de la musique improvisée de groupe.
En 1958, il décide de tenter sa chance à Paris et travaille immédiatement avec des artistes comme Don Byas, Lucky Thompson, Kenny Dorham, Bud Powell, Oscar Petitford,Chet Baker ou Éric Dolphy. En fait, il serait plus facile de citer les musiciens avec lesquels il n’a pas joué, car à l’exception de Miles David ou Sonny Rollins, il a côtoyé la plupart des jazzmen des30 dernières années. Parallèlement, Daniel Humair excelle dans la peinture. Celle-ci a une tendance expressionniste, elle est exposée dans de grandes galeries internationnales.

1939Naissance de Daniel Humair à Genève
1986Grand Prix du jazz décerné par la Sacem, prix Charlie Parker de l’Académie du disque et prix In Honorem de l’Académie Charles-Cros pour l’ensemble de sa carrière
1997Élu « musicien européen de l’année » par l’Académie du jazz
2000Victoires de la musique pour le trio Hum
2008Exposition au Centre culturel suisse, Paris
2010Album Pas de dense avec Tony Malaby et Bruno Chevillon
2012Album Sweet & Sour avec Émile Parisien, Vincent Peirani et Jérôme Regard (Laborie Jazz)